Pratiques

(Re)Concevoir l’expérience employé

Mars 2020 a marqué le début d’un changement profond pour notre société. Le tissu des relations employeur-employés n’y a pas fait exception. Que ce soit par le bouleversement des activités et de la rentabilité de l’entreprise, du lieu et des processus de travail, des relations et politiques organisationnelles, très peu d’aspects de la vie professionnelle ont été épargnés.

Les changements qui ont été apportés jusqu’à présent se sont produits presque unilatéralement et sous le genre d’urgence qu’exige une crise. Or, le contexte cède maintenant sa place à un besoin de redéfinition plus complexe: l’expérience de travail postpandémique. Bien que la reprise soit toujours en cours, les grands employeurs de ce monde s’activent depuis quelque temps déjà à définir l’avenir organisationnel qui leur permettra de prospérer et non de seulement subsister.

Deux exemples concrets d’impacts

Détérioration des frontières entre le travail et la vie personnelle

Au Canada, les mesures sanitaires ont transformé le domicile des employés en lieu de travail pendant de longues périodes, et pour les parents, celui-ci devenait aussi l’école ou la maternelle et toutes autres fonctions connexes pour l’ensemble des membres de la famille.

Sans frontière distincte entre le travail et la vie personnelle, les attentes professionnelles ont graduellement évolué pour les employeurs, mais aussi entre les employés. Se rendant disponibles plus tôt le matin, jusqu’à plus tard le soir, et pendant ce qui aurait été des pauses personnelles avant la pandémie, 35% de tous les nouveaux télétravailleurs ont déclaré travailler plus d’heures dans ce nouveau mode de travail (Statistique Canada, 2021). Une proportion encore plus importante pour les gestionnaires, dont 51% ont rapporté des journées de travail plus longues qu’au bureau (Statistique Canada, 2021).

La célébration des gains de productivités au début de la pandémie est aujourd’hui remplacée par une contrepartie : l’insoutenabilité à long terme des effets de la fatigue, du sentiment de surcharge et de la réduction des opportunités de ressourcement personnel qui en découlent.

Alors que nous sortons de la crise et nous dirigeons vers le réel « nouveau normal », comment les employeurs peuvent-ils maintenir la productivité et la performance sans normaliser les conditions qui peuvent conduire à l’épuisement et au désengagement des employés? Et comment les employés peuvent-ils tirer le meilleur parti d’une flexibilité accrue, en créant un équilibre entre vie professionnelle et vie privée?

Questionner son environnement : lieux de vie, lieux de travail

Avec l’avènement du télétravail, la vie urbaine n’est plus perçue comme nécessaire ni souhaitable pour de nombreux salariés. Les experts prédisent déjà que près d’un quart des travailleurs des industries avancées pourraient travailler à domicile plus de trois fois par semaine, et que l’obligation de revenir à temps plein au bureau motiverait plusieurs à démissionner.

Cette situation pose plusieurs défis, dont et sans s’y limiter, la baisse potentielle de l’utilisation des bureaux en centre-ville versus leur coût, la remise en cause du bureau comme symbole de l’identité de l’entreprise, l’érosion des stratégies d’expérience employé traditionnelles. Toutefois, elle ouvre aussi la porte a des opportunités inégalées, dont le réinvestissement de certains coûts fixes au profit de la croissance, l’élargissement du « pool » de talents selon la géographie et la mise à profit de la flexibilité et de l’autonomie accrue pour les salariés dans le cadre de la marque employeur.

Démystifier l’avenir du travail

Après les bouleversements de la dernière année, l’appétit organisationnel pour le changement est naturellement plus timide. Toutefois, la situation actuelle du travail n’étant qu’une adaptation obligatoire planifiée dans l’urgence, une autre vague de changement est inévitable pour réaliser le contexte postpandémie. La majorité des experts s’accordent à dire que si certaines habitudes du passé reviendront après la reprise, beaucoup seront changées à jamais.

Les grandes entreprises de ce monde ont commencé à prendre position depuis plusieurs mois déjà. Leur stratégie en tant qu’employeur faisant partie intégrante de leur stratégie de réussite, la redéfinition de l’expérience employé n’est pas laissée au hasard. Les organisations chef de file dans l’avenir postpandémique auront identifié et saisi les opportunités qu’offre notre nouvelle réalité, dès aujourd’hui.

Talsom a élaboré et testé l’approche (Re)Concevoir l’expérience employé, 7 étapes bien précises qui vous permettent de comprendre et adresser de façon complète et concrète les enjeux de redéfinition du travail en mode hybride.

Publié le August 12, 2021