Design Thinking

Innover, une confidence à la fois

Pour la 4e année consécutive, Talsom mettra toute son expertise en Design Thinking au profit d’une cause qui ne demande qu’à être entendue, comprise et aidée. L’organisme sélectionné cette année est la Maison des enfants le Dauphin de Laval, avec qui, tous ensemble, nous aurons le plaisir de réfléchir et innover. 

Avec la fin de l’été, le début des travaux pour une nouvelle édition du Design Thinking Jam. Une quatrième édition pour laquelle Talsom embarque dans l’aventure. Désir profond d’avoir un impact positif dans notre communauté en partageant notre expertise, notre temps et nos ressources, Talsom se met en position empathique. 

En juin dernier, nous avons lancé un appel à candidatures sollicitant les organisations à but non lucratif ou fondations faisant face à des enjeux d’envergure, soit au niveau de leur transformation numérique ou de leur développement organisationnel ou tout autre enjeu nécessitant une certaine mobilisation de ressources et d’expertises. Le processus de sélection nous a mené à choisir la Maison des enfants le Dauphin de Laval (MED). 

La MED œuvre auprès d’enfants de 0 à 12 ans et leur famille, dans la région de Laval, « en leur offrant un milieu de vie stimulant où des activités de sensibilisation, de prévention et d’entraide sont proposées et encouragées, participant ainsi à l’amélioration de la communauté. » Elle offre entre autres le programme « Confidences à un Dauphin ».  

Qu’est-ce que Confidences à un Dauphin?  

« Confidences à un Dauphin » est un espace d’expression, de confidences et d’échanges via l’écriture. Chaque enfant est libre de confier son vécu, ses émotions, ses peurs, ses réussites et ses défis, à son rythme et en utilisant les moyens qui lui conviennent, et chaque confidence est accueillie avec bienveillance. Parce que permettre aux enfants d’exprimer librement leurs émotions, positives ou négatives, c’est aider à grandir. Ce service de correspondance est offert à des enfants de 32 écoles primaires francophones lavalloises. 

 « C’est un outil de communication pour les enfants, pour qu’ils sentent que si un adulte prend le temps de leur répondre c’est qu’ils sont importants. »  – Stéphanie Leblanc, Conseillère à la gestion de la Maison des enfants Le Dauphin et ancienne DG. 

Le défi 

À travers les prochaines années, la Maison des Enfants souhaite poursuivre l’expansion de son service de « Confidence à un Dauphin » afin de l’offrir idéalement à toutes les écoles de la région de Laval. Or, elle fait actuellement face à plusieurs défis reliés à la capacité de réponse, ce qui complique l’atteinte de cet objectif. 

D’abord, le processus de réponse comporte de nombreuses étapes (réception, lecture, réponse, correction et distribution), considérées comme essentielles à la qualité du service, qui contraignent les répondants dans le nombre de lettres auxquelles ils peuvent répondre. Ensuite au niveau des ressources, puisque si la MED veut toucher plus d’écoles et donc répondre à plus de lettres, elle se doit de trouver une façon d’avoir plus ressources et revoir ses processus pour pouvoir optimiser l’implication de tout un chacun. Finalement, Laval regroupant également des écoles anglophones, la réflexion se veut également inclusive dans l’intégration aux processus. 

En d’autres mots et de façon directe, le défi se résume à: « Comment répondre à plus de lettres ? ».  

Les éditions précédentes 

Un paiement sans contact pour les camelots 

En 2018, l’équipe a accompagné L’Itinéraire qui faisait face à l’époque à une diminution forte des ventes de son magazine, due au fait que de moins en moins de gens ont de l’argent comptant sur eux. Le Design Thinking Jam, avec au-delà de 180 participants, a permis d’imaginer une méthode de paiement sans contact via message texte. Une solution technologique simple, derrière un processus empathique, qui vise à améliorer le quotidien des camelots du Groupe communautaire L’Itinéraire. 

Une solution au service de la jeunesse 

Pour l’édition de 2019, c’était avec Tel-Jeunes, organisme créé en 1991 qui œuvre auprès des jeunes et de leurs parents, que le Design Thinking Jam a eu lieu. L’enjeu portait sur le fait qu’avec le monde actuel où la progression des technologies est fulgurante, Tel-jeunes devait faire face aux modes d’informations et de communications changeants qui impactent directement la prise de contact des jeunes avec l’organisme. Le défi posé était donc: « Comment améliorer l’expérience des jeunes autour des services d’intervention de Tel-jeunes afin de mieux répondre à leurs besoins ? ». 

Le racisme systémique un problème d’entreprise aussi 

En 2020, l’approche fut un peu différente. Le printemps et l’été 2020 ont mis en lumière la réalité vécue par les personnes racisées en Amérique du Nord. Sensible à cela, Talsom a décidé de faire sa part et réfléchir à comment une entreprise peut contribuer à lutter contre le racisme systémique. Nous nous sommes attaqués à la partie du problème que nous pouvions changer ou du moins influencer, c’est-à-dire le racisme systémique en milieu de travail. D’amples recherches ont été réalisées et validées auprès d’acteurs du milieu entre la Maison d’Haïti et le Groupe 3737, nous permettant de circonscrire notre design challenge : « Souvent de façon inconsciente, le racisme systémique crée une dette humaine au sein de nos entreprises, qui à travers l’empathie, peut et doit être adressée. L’innovation et la technologie peuvent-elles être leviers pour comprendre, sensibiliser et lutter contre le racisme systémique? ». Les sessions d’idéation lors du Jam ont mis en lumière plusieurs pistes de solutions. La mise en œuvre de celles-ci est actuellement en développement.  

Et maintenant… 

 Pour une 4e année, Talsom se lance dans l’aventure d’accompagner un organisme dans un enjeu d’envergure. Au courant des dernières semaines nous avons débuté les travaux avec l’organisme. Nous vous tiendrons au courant sur nos différentes plateformes. Restez à l’affut. 

Publié le October 4, 2021